Les dix dernières années du groupe Lagwagon n’ont pas été des plus faciles. En 2005, le batteur de la formation originale Derrick Plourde mettait fin à ses jours. La réponse du groupe est venue quelques mois plus tard sous la forme de «Resolve», un album qui ne passa pas à l’histoire.

Récemment, c’est le chanteur de No Use For A Name et bon ami de Joey Cape (le chanteur de Lagwagon) qui est décédé. J’avais hâte d’entendre si Lagwagon allait de nouveau puiser l’inspiration dans cette tragédie pour leur prochain album.

Nous voici donc neuf ans après la sortie de «Resolve» et deux ans après le décès de Tony Sly avec l’album «Hang» entre les mains. Est-ce que cet album passera à l’histoire ? Je crois que oui, car il s’est produit quelque chose de spécial quand j’ai écouté ce disque : l’album «Hang» marque la fin du temps où je devais expliquer pourquoi j’écoute encore du Lagwagon.

 

La fin de la nostalgie ; le début de l’ère moderne

 

Il y a toujours quelque chose de «honteux» à écouter les vieux albums punk-rock des années 90. Le mot «honteux» est un peu fort ; écouter les vieux albums «Le Beat» de Daniel Desnoyers, ça, c’est vraiment honteux. Mais bon, quand je sors des disques comme «Making Friends» de No Use For A Name ou «Unleashed» de Ten Foot Pole, j’ai toujours un sentiment d’être un éternel adolescent qui ne veut pas vieillir et qui s’accroche au passé.

C’était encore plus le cas avec Lagwagon car j’avais beaucoup de souvenirs, bons et mauvais, associer à chacun de leurs vieux albums. Chaque fois que je ressortais «Hoss» ou «Double Plaidinum», je sentais toujours le besoin de justifier pourquoi j’écoutais encore du Lagwagon malgré ma trentaine bien entamée. À chaque fois, je me remémorais les années folles, déterrant quelques cadavres au passage …

Mais cette époque est révolue grâce à l’album «Hang» car premièrement, je n’ai aucun souvenir relié à ce disque, car il vient juste de sortir! Deuxièmement, sa qualité optimale fait qu’on veut le réécouter encore et encore ; plus besoin d’être dans une passe mélancolique pour avoir envie d’écouter du Lagwagon.

 

Je vous présente Lagwagon, le groupe heavy metal

 

L’album «Hang» a été annoncé cet été par des petits «teasers» qui nous laissaient croire que Lagwagon avait amorcé un changement de cap, car la musique qu’on entendait dans ces courts extraits sonnait plus metal que ce que le traditionnel punk-rock que jouait le groupe dans le passé.

Donc, pendant que vous avez passé votre été à la plage ou à faire des barbecues, j’ai passé la mienne à me demander : «Est-ce que Lagwagon va vraiment sortir un album heavy metal ?». J’ai dû attendre la fin octobre pour avoir la réponse ; «Hang» est un album partiellement heavy metal. Il y deux chansons en particulier : le premier extrait «The Cog in the Machine» et aussi «Made of Broken Parts», dont j’ai pris la peine d’inclure le vidéoclip plus bas. Le reste de l’album quant à lui est plus fidèle au style punk-rock du groupe.

 

Les deux chansons metal au début de l’album sont là pour capter votre attention et une fois que vous êtes bien accrochés, les autres chansons se glissent dans vos oreilles jusqu’à votre cerveau et n’en ressortiront pas avant plusieurs semaines ; je vous le garantis.

Malgré un style plus traditionnel, le reste de l’album n’a rien à voir avec le bon vieux temps. Lagwagon n’a pas réinventé le punk-rock sur «Hang», mais il a rafraîchi son style. Jamais on ne tombe dans la redondance ; jamais on n’a l’impression de déjà vu.

 

Et le record de la chanson punk-rock la plus longue va à …

 

Dans leur exploration musicale, Lagwagon c’est même permis une petite expérimentation : une chanson de plus de 6 minutes, ce qui est presque un record. Je dis presque, parce que le record de la chanson punk-rock la plus longue doit appartenir à NOFX avec sa pièce «The Decline» qui dure plus de 18 minutes …

Sur «Hang», la très longue «Obsolete Absolute» est un véritable chef-d’oeuvre. Composé de plusieurs mouvements, jamais on ne se lasse de la chanson malgré la durée. La preuve que Lagwagon est encore capable d’innover même après quinze ans de carrière.

 

Et l’hommage à Tony Sly ?

 

Non, «Hang» n’est pas un album hommage à Tony Sly. Mais Joey Cape et son groupe se devaient de souligner la perte de ce monument du punk-rock. Lagwagon salue Tony Sly d’une très belle façon avec la pièce One More Song.

I can't write this sad song long
and they won't share the first line anymore
but always long for one more song
Tony, we'll always long for one more song
always long for one more

 

 

Conclusion

Les bons albums punk-rock sont rares de nos jours ; les excellents albums punk-rock sont tellement rares qu’on pourrait presque les qualifier de légendaires. «Hang» n’est pas juste un excellent album punk-rock ; c’est un excellent album, point!

L’album «Hang» mérite donc la note «BonStock d’Or» et se mérite une place dans la liste des concurrents pour le titre de «meilleur album de l’année 2014».

Les derniers bons stocks