De nos jours, les groupes de musique ne peuvent plus se contenter d’avoir des noms simple et efficace comme Metallica ou Nirvana. On a vu une nouvelle tendance s’installer au cours des dernières années où les groupes de font presque un point d’honneur d’avoir le nom le plus «non conventionnel». On peut nommer «Death From Above 1979» ou récemment, le groupe Their / They’re / There y est allé d’audace en ajoutant des signes de ponctuation dans son nom. Ou encore le groupe «!!!» dont le nom ne contient que des signes de ponctuation …

ps-i-love-you-poster

Dégage, Butler!

Le groupe dont je veux vous parler ici est «PS I Love You». Le nom n’est pas très complexe, il se prononce bien et il est facile à retenir. Son seul défaut, c’est qu’à chaque fois que tu veux googler le groupe, tu vas tomber sur la face à Gerard Butler. 

Je tiens donc à préciser que le groupe PS I Love You n’a rien à voir avec le film d’amour du même nom. En y pensant bien, PS I Love You n’a pratiquement rien à voir avec l’amour tout court, sauf peut-être mon affection pour ce groupe qui dure depuis plusieurs années.

Donc, PS I Love You est un groupe, ou plutôt un duo rock qu’on pourrait à la base qualifité d’expérimental. Plutôt que de miser sur la simplicité et l’efficacité comme plusieurs autres duos, celui-ci use d’astuce pour combler son infériorité numérique. Le guitariste et chanteur Paul Saulnier utilise des «bass pedals», semblables à celles qu’on retrouve sur les orgues, pour s’auto-accompagner, ce qui ajoute une dimension à la musique. PS I Love You fait aussi appel, à l’occasion, à des éléments de musique électronique pour agrémenter leurs chansons.

PS I Love You

Actif depuis 2006, ce groupe originaire de Kingston en Ontario compte deux albums à son actif. En 2010, leur premier, Meet Me at the Muster Station, a marqué leur entrée fracassante sur la scène de la musique indépendante. Audacieux, brutal et sans prétention, cet album a laissé une marque permanente. La barre était haute pour leur deuxième album et pourtant, le duo a réussi a pondre un autre disque tout aussi marquant. En effet PS I Love You a réussi à se renouveler sur Death Dreams, paru en 2012, avec un son plus recherché, mais tout aussi percutant.

Qu’est-ce que PS I Love You allait donc nous inventer pour leur troisième album ? Un fragment de réponse nous est arrivé ce printemps sons la forme d’un premier single, la pièce-titre de leur troisième album : For Those Who Stay.

 

IMG_20140816_142528

19 copies plus tard et j'étais cuit.

La première écoute a été une déception. Je n’ai pas du tout aimé le virage que PS I Love You était en train de prendre : une longue chanson vaporeuse un saturée d’éléments de musique électronique. Étant un très grand amateur de PS I Love You, j’ai quand même pré-commandé l’album. Le fait que la version en disque vinyle soit limitée à 500 exemplaires numérotés à la main a aussi motivé mon achat).

Dès la réception du précieux paquet, deux choses m’ont frappé. Première chose : j’ai reçu l’album par la poste, chez nous, avant même sa sortie en magasin. Que les maisons de disques se donnent la peine d’expédier les albums plus tôt est une marque de respect envers les amateurs qui se donnent la peine de les pré-commander, souvent même avant d’avoir pu entendre un extrait.

Paper Bag

Paper Bag Records expédie ses disques dans des ... «paper bags»!

La deuxième chose qui m’a fait sourire : la maison de disque Paper Bag Records, envoie maintenant les albums envelopper dans un sac de papier (paper bag). Une autre petite attention qui m’a fait sourire.

L’aiguille n’avait même pas encore touché la surface du disque et l’album For Those Who Stay avait déjà deux points boni en banque. C’est avec un peu d’anxiété que j’ai finalement démarrer le disque, l’esprit grand ouvert et surtout, le profond désir que la musique soit bonne.

Dès les premières notes, mon anxiété a fait place à la fébrilité et j’ai pu ranger mon ouverture d’esprit car mon désir semblait être sur le point d’être comblé. La musique est bonne ; vraiment bonne. En gros, on peut dire que PS I Love You continue là où il nous avait laissé sur Death Dreams en 2012.

En effet, on retrouve sur la première chanson les trois éléments qui m’avaient tant séduit dans les albums précédents : la guitare inventive et la voix peu commune de Paul Saulnier qui s’auto-accompagne de ses fameuses «bass pedals». Pas une trace d’électro! Le single n’était peut-être qu’une fausse balle?

Deuxième chanson ; même formule. Sauf pour un détail : la qualité de production. Pour reprendre l’expression sportif : c’est comme si PS I Love You avait élevé son jeu d’un cran. C’est peut-être car l’album For Those Who Stay a été enregistré dans un «vrai studio» ; une première pour le groupe, ce qui explique peut-être le son moins «garoché» en comparaison avec les deux albums précédents.

La troisième pièce, Bad Brain Day, est une petite balade qui vous fera sans doute sourire au début, mais plus elle avance et plus elle captera votre attention.

Pour reprendre l’expression sportif : c’est comme si PS I Love You avait élevé son jeu d’un cran.

 

Vient ensuite Limestone Radio, qui est, à ce jour, ma chanson préférée. D’un style proto-punk, elle est assez rythmée pour vous faire hochée de la tête.

Après ces excellentes chansons, c’est là qu’entre en scène la pièce-titre de l’album. Hors contexte, elle m’avait déplu ; mais après les quatre excellentes chansons que je viens d’entendre, elle est la bienvenue car elle vient casser le moule. En plus, c’est la dernière de la face A du disque, alors elle met la table pour ce qui s’en vient.

Face B s’ouvre sur une chanson dont l’intro digne d’un opéra. Elle rappelle ce que faisait le groupe à ces tous débuts sur la pièce Actually (I am a Monster Now).

Viens ensuite le deuxième single Friends for Forever qu’on pourrait qualifiée de chanson caractéristique du groupe. Et que dire de ce vidéoclip plutôt audacieux ...

 

La pièce qui suit s’ouvre avec un solo de guitare que seul Paul Saulnier peut faire : grinçant à souhait avec assez de «tapping» pour être digne des plus grands solos de musique métal.

L’album de termine sur une chanson hybride. Malgré sa structure similaire à la musique électronique, elle est quand même interprétée à la façon d’une chanson rock. Cette belle ambiguïté nous désarçonne et nous laisse là, la bouche béante, à nous demander si ce qu’on vient d’entendre est bien réel. Pas juste pour la dernière pièce, mais pour l’album au complet.

Même que l’album porte très bien bon nom : «Pour ceux qui sont restés».

 

Donc, PS I Love You a réussi un coup de maître avec For Those Who Stay. Même que l’album porte très bien bon nom : «Pour ceux qui sont restés». Après deux albums excellents, mais malheureusement très moussés (pour ne pas dire over-hypés) par la critique, on pouvait être sceptique si le duo allait pouvoir survivre au passage du temps. C’est sans se soucier du regard des autres que PS I Love You a composé ce troisième album et on sent que le groupe s’est d'abord fait plaisir en explorant des avenues autres que celles qu’il a empruntées sur les albums précédents...

J’aurais aimé accorder une note quasi parfaite à For Those Who Stay, mais comme ce style de musique particulier n’est pas universel et qu’il s’adresse à un public plus restreint, je vais lui décerner une note de «Vraiment Bon Stock».

Et comme il ne s’agit pas d’une découverte pour moi, mais que c’est sûrement le meilleur disque pour apprivoiser PS I Love You, je vais quand même l’honorer d’une mention «Découverte» en espérant qu’il en soit une pour vous.

For Those Who Stay se retrouve au #7 de mon palmarès de 10 meilleurs albums de 2014.

Cliquez ici pour acheter en disque vinyle, disque compact ou cassette

Cliquez ici pour acheter sur iTunes

Les derniers bons stocks